Le rôle des nettoyants spécialisés dans la sécurité des EPI : Questions-réponses avec Randy Barnett, professionnel en sécurité électrique certifié NFPA.

Randy Barnett, un professionnel de la conformité à la sécurité électrique certifié NFPA comptabilisant 35 années d'expérience dans la maintenance et la formation, nous explique le rôle des nettoyants spécialisés dans le nettoyage des EPI et la sécurité électrique.

Les articles en caoutchouc sales, comme les gants, les câbles de pontage, les tapis et les protège-bras, se retrouvent contaminés par toutes sortes de saletés qui, à la longue, peuvent entraîner une conduction électrique et des situations dangereuses. Les contaminants peuvent également masquer des dégâts physiques comme des entailles, des coupures et des fissures, tout aussi dangereuses pour les ouvriers. Parmi ces contaminants on peut citer la sève des arbres, les pesticides, les sprays anti-moustiques, les écrans solaires, la saleté, la poussière, le sel de voirie, les déjections d’oiseaux, les huiles corporelles, la créosote, les engrais, les graisses d’hydrocarbures, etc. La norme 978 de l’IEEE recommande une inspection quotidienne des équipements sous tension pour atténuer les risques.

Dans cette séance de questions-réponses, Polywater s’est entretenu avec Randy Barnett, un professionnel de la sécurité électrique certifié NFPA et auteur de nombreux articles et livres sur le sujet, afin de connaître son point de vue sur la façon dont les nettoyants spécialisés améliorent la sécurité des EPI et aident à mieux respecter les réglementations.

Une capture d'écran d'un homme portant des lunettes nommé Randy Barnett faisant face à la caméra. Derrière lui, l'arrière-plan est en métal argenté brillant. La capture d'écran est encadrée par une bordure bleu clair avec un motif représentant de petits éclairs blancs. Un bouton blanc « Lecture » se trouve au premier plan de toute l'image.

Q. Bienvenue Randy. Pouvez-vous nous parler un peu de votre expérience et de votre expertise ?

R. Oui, avec plaisir. Je travaille dans le secteur de l’électricité depuis plus de quarante ans. J’ai appris le métier d’électricien dans le service des sous-marins nucléaires de la marine américaine, en qualité d’électricien. J’ai ensuite travaillé dans des centrales électriques, des locomotives ferroviaires, des sites de production et dans la construction électrique industrielle lourde. J’ai commencé à m’occuper de la formation des électriciens il y a plus de vingt ans. Je suis un professionnel de la sécurité électrique certifié par la NFPA, mais aussi un inspecteur électrique certifié par le National Construction Code Council américain. Je suis l’auteur du manuel « Commercial and Industrial Wiring » et de nombreux articles sur l’électricité.

Une courte biographie et les références de Randy Barnett, un professionnel de la sécurité électrique certifié NFPA.Q. Vous êtes une véritable mine de connaissances sur un large éventail de questions relatives à la sécurité électrique, mais nous souhaitons aujourd’hui nous concentrer sur le sujet particulier du nettoyage des EPI. En mai dernier, vous avez publié un article dans EC&M intitulé « Five Steps for Creating an Electrically Safe Work Condition » (Cinq étapes pour créer des conditions de travail sécuritaires sur le plan électrique). D’une manière générale, les nettoyants spécialisés pour articles en caoutchouc jouent-ils un rôle dans votre « Étape 2 : Choisir et inspecter les EPI » ?

R. Oui, parfaitement. Les articles en caoutchouc isolants constituent la dernière ligne de défense contre les blessures par électrocution. Nous ne portons pas de gants ou de protège-bras isolants contre les hautes tensions pour toucher intentionnellement des bornes sous tension. Les gants sont simplement là « au cas où » ça arriverait. Vous seriez alors protégé. Les articles en caoutchouc constituent donc vraiment la dernière ligne de défense. Si un produit en caoutchouc isolant laisse passer l’air, il laisse passer l’électricité. Il est donc non seulement obligatoire, mais aussi indispensable, d’inspecter correctement le caoutchouc avant de l’utiliser, pour détecter les éventuelles anomalies, comme les ouvertures de la taille d’un trou d’épingle. Mais comment inspecter quelque chose que l’on ne voit pas ? C’est impossible ! Un nettoyage préalable est donc nécessaire.

Malheureusement, on retrouve beaucoup de contaminants différents sur le lieu de travail. Les produits chimiques, les fluides hydrauliques, les solvants et même certaines lotions pour les mains peuvent contaminer nos gants. Ces contaminants ne sont parfois même pas visibles sur le caoutchouc, mais ils peuvent masquer des défauts comme des petites ouvertures ou des changements de couleur. Nos produits en caoutchouc isolants, étant donné qu’ils sont en caoutchouc, sont sujets à la détérioration par des produits dérivés du pétrole comme ceux que je viens d’évoquer. Donc, en plus de nous préoccuper de la détection des défauts sur les produits en caoutchouc, nous devons nous préoccuper de l’élimination de toute contamination susceptible de détériorer la qualité du caoutchouc.

La question qui se pose est la suivante : « Quels produits utiliser pour nettoyer mes articles en caoutchouc ? ». Les consignes des fabricants vont de « Utiliser de l’eau et un savon doux » à « Utiliser un détergent doux sans eau de Javel », en passant par des recommandations de produits d’une marque spécifique. Je ne sais pas quelle marque de « savon doux » est la meilleure, ni même s’il en existe une. En résumé, nous devons rechercher un produit qui nettoie très bien le caoutchouc, ne laisse pas de résidu et n’endommage pas le caoutchouc. Ces exigences de base sont spécifiées dans la norme ASTM F496, « Standard Specification for In-Service Care of Insulating Gloves and Sleeves » (Spécification standard pour l’entretien en cours de service des gants et protège-bras isolants). Nous avons donc besoin d’un nettoyant pour produits en caoutchouc de bonne qualité, pas juste pour respecter la réglementation, mais pour avoir la certitude que notre dernière ligne de défense fonctionne de façon optimale.

Q. On peut donc affirmer sans risque de se tromper qu’un EPI propre réduit le risque de blessure et de décès causé par un arc électrique ou une électrocution ?

R. Oui, tout à fait. L’apparition de craquelures sur les produits en caoutchouc est un problème depuis toujours. Une mauvaise inspection des produits en caoutchouc revient à chercher les ennuis. S’assurer de la propreté des articles est une mesure primordiale pour travailler en toute sécurité sur le plan électrique.

Un monteur de lignes électriques examine ses gants de protection en caoutchouc sur une table avant de les nettoyer.

Q. Dans quelle mesure les limites d’arc électrique et de choc électrique données par les distances d’approche limitée et soumise à restrictions sont-elles affectées par des EPI propres et en bon état fonctionnel ?

R. Eh bien, les valeurs des limites en tant que telles ne sont pas affectées par ce que vous portez ou par l’état dans lequel se trouve ce que vous portez. Notre travail consiste à comprendre et à respecter ces limites tout en veillant à ce que la totalité de notre EPI réponde aux exigences imposées pour travailler au-delà de ces limites. Si vous le permettez, je vais vous expliquer chaque limite.

La « limite d’arc électrique » est la distance par rapport aux pièces sous tension à partir de laquelle nous allons commencer à être brûlé au second degré dans le cas où un arc électrique se produit. Nous portons des vêtements résistants à l’arc électrique à des niveaux d’énergie en cas d’incident égaux ou supérieurs à ceux prévus pour protéger notre corps contre de telles brûlures. Les mains doivent également être protégées. Des gants en caoutchouc résistants aux tensions dangereuses équipés de protections en cuir sont considérés comme une protection adaptée contre les brûlures dues aux arcs électriques. Il est évident qu’aucun de ces EPI, ou le caoutchouc qu’ils contiennent, ne peuvent comporter de contaminants inflammables comme de l’huile ou de la graisse. Sinon, il y a de fortes chances que le travailleur se retrouve victime de brûlures.

Contenu connexe : Nettoyage des équipements en caoutchouc à des fins de sécurité

Les articles en caoutchouc isolants assurent une protection contre les chocs électriques. La « limite d’approche limitée » est la distance par rapport à une pièce sous tension où un risque de choc électrique est considéré comme possible. Par exemple, la limite d’approche limitée pour un système sous 480 V est de 107 centimètres. La « limite d’approche soumise à restrictions » est quant à elle de 31 cm pour cette même tension de 480 V. Tout objet que l’on fait pénétrer dans cette limite de 31 cm doit être isolé. Cela veut dire non seulement les outils et les câbles utilisés pour les tests, mais aussi nos mains. Par conséquent, si nous devons réaliser une intervention assez simple, comme relever une tension, nous devons porter des gants en caoutchouc isolants. Si nos bras pénètrent dans la limite d’approche soumise à restrictions, ce qui est courant à des tensions plus élevées puisque la distance limite augmente en même temps que les valeurs de tension, il peut nous falloir des protège-bras isolants en caoutchouc en plus des gants.

Q. Ainsi, ce qu’on définit comme un contact, ce n’est pas seulement le fait de toucher des pièces sous tension avec des mains munies de gants, mais aussi le fait de toucher des bornes sous tension par l’intermédiaire de câbles de test ou d’outils isolants. Ces actions ne sont sans danger qu’avec des EPI propres et intacts ?

R. Exactement. La discussion concernant ce qui constitue un contact doit inclure les éléments tels que des câbles de test que l’on place sur des bornes sous tension. C’est une affirmation tirée directement de la norme NFPA 70E sur la sécurité électrique sur le lieu de travail. La protection du personnel ne se résume pas à un seul geste sûr ou à un seul élément d’EPI. Tout doit fonctionner ensemble comme les maillons d’une chaîne. La défaillance d’un seul maillon peut entraîner des problèmes. Bien entendu, les ouvriers sont formés à reconnaître des pièces sous tension et des pièces hors tension, et à adopter des pratiques de travail sécuritaires. Lorsque vous utilisez des câbles de test, le bout de vos doigts est très, très proche des pièces sous tension. Un mouvement involontaire peut entraîner un contact accidentel avec la borne ou la pièce sous tension. Le gant en caoutchouc isolant est donc là pour empêcher les chocs électriques.

Un monteur de lignes électriques portant des gants de protection individuelle en caoutchouc devant son camion-nacelle.

Q. Quelle est la fréquence des blessures dues à un mauvais entretien des EPI ? Existe-t-il des données ou des ressources disponibles à ce sujet ?

R. Malheureusement, j’ignore où de telles statistiques sont conservées. Le Bureau of Labor Statistics (BLS, Bureau des statistiques du travail) recense les données sur les accidents d’origine électrique. Nous savons par exemple qu’en 2020, il y a eu 126 décès causés par l’électricité sur le lieu de travail, et environ 2 000 blessures causées par l’électricité. Mais bien que le BLS analyse ces accidents par secteur et par catégorie de travailleurs, je n’ai rien vu qui concernerait spécifiquement les EPI défectueux. Cependant, nous savons que si les articles en caoutchouc sont classés, nettoyés, inspectés et utilisés correctement, la plupart des accidents mortels causés par l’électricité peuvent être évités.

Contenu connexe : Vidéo : Solutions de nettoyage pour les équipements des lignes sous tension et les EPI

Q. Est-ce que vous pouvez nous raconter une histoire ou une anecdote concernant des produits en caoutchouc dangereux ?

R. Bien sûr ! Évidemment, c’est toujours embarrassant de se tourner vers le passé. Comme je l’ai mentionné, j’ai commencé ma carrière dans le service des sous-marins de la marine. C’était dans les années 1970. L’OSHA venait de voir le jour et les quelques règles de sécurité électrique que nous avions à l’époque étaient inappropriées. Par exemple, pour nos treize électriciens, nous ne disposions que d’une paire de gants en caoutchouc isolants. Pour rendre les gants plus confortables, nous mettions du talc à l’intérieur. Ce n’est que des années plus tard que nous avons découvert que le talc que nous utilisions contenait des produits dérivés du pétrole qui détériorent le caoutchouc. Il y a eu un choc électrique très grave : une personne avec laquelle je travaillais a touché avec sa main une barre omnibus de 480 V sous tension à l’arrière d’un appareillage électrique. Il est évident que les gants, mal entretenus et mal utilisés, n’offraient aucune protection.

Beaucoup plus récemment, j’effectuais un audit de chantier imposé par la norme NFPA 70E. Je regardais un jeune monteur de lignes inspecter son EPI avant de grimper sur un poteau pour travailler sur une ligne d’alimentation de 480 V sous tension. Il avait un excellent niveau de connaissances et parlait de son travail avec passion. Lorsqu’il a sorti ses gants en caoutchouc isolants pour les inspecter, j’ai remarqué que les gants étaient de couleur jaune, ce qui est bien, mais qu’ils étaient très, très sales. Lorsqu’il a effectué son test de gonflage sur les gants, la procédure qu’il a utilisée pour vérifier l’absence de fuites ne m’a pas plu. Je lui ai demandé de me passer les gants et je lui ai montré les bonnes techniques d’inspection. Je lui ai fait remarquer que les parties souillées empêchaient de réaliser une bonne inspection visuelle, mais d’après ce que je pouvais voir, je n’ai rien trouvé d’anormal. Lorsque j’ai effectué le test de gonflage, j’ai facilement repéré une petite fente dans la zone de travail du gant. Un terrible accident aurait pu se produire. Nous avons appelé le chef de chantier pour qu’il lui apporte une nouvelle paire.

Q. Un nettoyant pour articles en caoutchouc de qualité élimine le risque de craquelures, mais peut également révéler des dommages cachés sur un outil, qui doit être retiré du service pour être réparé ou remplacé. Lequel de ces risques liés aux EPI est le plus répandu et le plus important, ou est-ce que c’est important de le savoir, selon vous ?

R. Bonne question. En ce qui concerne les outils, c’est la même chose que pour les articles en caoutchouc dont nous venons de parler. La contamination va entraîner des craquelures, mais va aussi masquer les défauts. L’objectif principal des outils manuels isolants, c’est d’éviter un arc électrique au cas où vous feriez tomber l’outil ou le mettriez accidentellement en travers de deux bornes sous tension en même temps. Les outils manuels isolants endommagés doivent généralement être détruits et ne peuvent pas être réparés ou reconditionnés. Des craquelures sur un outil manuel peuvent provoquer un arc électrique. Les outils isolants sales ne doivent pas être utilisés pour réaliser des travaux électriques.

Un monteur de lignes électriques vaporisant son tapis de protection en caoutchouc avec le nettoyant pour articles en caoutchouc Polywater RBG pour repérer d'éventuels dommages.

Produit connexe : Nettoyant pour articles en caoutchouc Polywater Type RBG

Q. Les programmes de formation à la sécurité couvrent-ils de manière adéquate le nettoyage et l’inspection des articles en caoutchouc ?

R. Je pense que la plupart des programmes de formation font un assez bon travail. Évidemment, certains sont meilleurs que d’autres. Je trouve que les formateurs sont bien informés et expérimentés sur le sujet. J’aime toujours orienter les ouvriers vers les procédures d’inspection énoncées dans les normes ASTM. Je trouve que le fait de passer en revue les exigences en matière de nettoyage, d’inspection et de maintenance constitue toujours un bon sujet de discussion lors des réunions de briefing sur la sécurité. Bien sûr, on peut toujours en apprendre davantage, et c’est ce que les bons formateurs s’efforcent de faire.

Dans une salle de classe équipée de quelques tables et de deux téléviseurs, un enseignant portant des lunettes tient une paire de gants de protection individuelle en caoutchouc tout en expliquant à deux électriciens en formation comment les inspecter.

Q. Certaines personnes peuvent interpréter les règles de sécurité comme n’exigeant qu’une inspection systématique des EPI, le nettoyage n’étant jugé nécessaire qu’à la suite de l’inspection. Mais pour découvrir des dommages cachés comme des entailles et des coupures, le nettoyage ne devrait-il pas avoir lieu avant l’inspection ?

R. C’est exactement ce que disent les normes : « Réaliser une inspection quotidienne ». Nous avons déjà assez de choses à penser au travail. Nous ne devrions pas avoir à nous demander si nos EPI sont satisfaisants ou non lorsque nous effectuons des interventions électriques. Une inspection quotidienne avant l’utilisation, c’est du bon sens pur. Trop de choses peuvent se produire et endommager les EPI entre deux utilisations. Donc oui, inspectez-les tous les jours.

Q. Pensez-vous que les gens sont suffisamment au courant de l’existence des nettoyants spéciaux ? Ces produits et procédures de sécurité sont-ils utilisés de manière systématique, ou une formation supplémentaire s’avère-t-elle nécessaire ?

R. Les gens ne sont clairement pas assez sensibilisés. La norme dans la salle de classe et dans les réunions de sécurité, c’est : « Utilisez du savon doux et de l’eau ». Je pense que c’est ce qui se répète depuis de très nombreuses années. Et c’est bien normal, puisque c’est ce que les fabricants nous disent d’utiliser. J’aimerais que davantage de fabricants recommandent des produits qui répondent à certaines normes ASTM, comme la norme ASTM F496. Nous utilisons déjà des nettoyants spéciaux pour certains outils utilisés sur les lignes à haute tension comme les perches isolantes. Il doit en être de même pour les articles en caoutchouc isolants, notamment les gants, les protège-bras, les tapis, les tuyaux souples et les mises à la terre de protection temporaire.

Q. En ce qui concerne le nettoyage et l’inspection des EPI, faites-vous référence au respect des réglementations en matière de sécurité dans vos programmes de formation ? Si oui, sur quelles normes l’accent est-il mis : IEEE, OSHA, NEC ou NESC ? Quels codes spécifiques mettez-vous en avant ?

R. Oui, nous passons toujours en revue les exigences de conformité. La norme NFPA 70E sur la sécurité électrique sur le lieu de travail est la plus souvent utilisée lors des formations, car c’est la plus complète. Elle donne toutes les informations pratiques pour se conformer aux exigences électriques de l’OSHA dans le cadre de l’industrie générale. La norme 70E exige que les EPI soient conservés dans un état de sûreté, de propreté et de fiabilité adéquat. Cette norme exige également une inspection quotidienne avant l’utilisation.

Q. Divers solvants courants permettent de nettoyer les EPI, mais beaucoup sont incompatibles avec les articles en caoutchouc et peuvent causer de graves dégâts, potentiellement dangereux. Seuls les nettoyants spécialement conçus pour les articles en caoutchouc doivent être utilisés. Le secteur est-il suffisamment sensibilisé à cette question ? Les programmes de formation en matière de sécurité abordent-ils ce point précis ?

R. Non. De mon point de vue, la plupart, si ce n’est la totalité des programmes de formation auxquels j’ai participé, manquent d’informations adéquates sur l’importance du nettoyage des articles en caoutchouc isolants, et sur la façon de procéder. Je lis beaucoup de choses sur la sécurité électrique, je me rends sur des salons professionnels et je regarde des vidéocasts. Cette information n’est tout bonnement pas facilement accessible. Nous devons faire un meilleur travail de sensibilisation aux procédures et méthodes de nettoyage et d’inspection. Les formateurs se doivent de disposer du contenu technique le plus récent pour pouvoir enseigner les meilleures pratiques du secteur. Nous devons toujours nous efforcer de faire le maximum lorsqu’il s’agit de protéger les professionnels.

Ressources associées :

Barnett R. 2022. Five Steps for Creating an Electrically Safe Work Condition

Dahlke S. & Fredericks T. 2006. Nettoyage des équipements en caoutchouc à des fins de sécurité : https://www.utilityproducts.com/safety/article/16003887/cleaning-rubber-goods-for-safety